Mes tétés : silicone et sans soutif

Coucou petit brocoli

Alors oui, tu l’as compris, aujourd’hui je vais te parler de mes tétés. Comme ça on ne pourra pas dire que ce blog n’est pas personnel :).

Commençons par l’adolescente, mes tétés ont commencés à pousser doucement. Ils étaient tout mignons et bien en place. De taille « moyenne » par rapport à mes copines. Je n’avais pas de complexe à cette époque-là sur cette partie de mon corps.

Mais voilà, à peine rentré dans l’âge adulte que je tombe enceinte de mon grand garçon. À 20 ans, suite à cette grossesse, je perds une taille. Je perdrais une taille supplémentaire pour la deuxième grossesse 5 ans plus tard. Je l’ai vraiment mal vécu surtout avec le poids que j’avais pris au niveau des hanches et des fesses. Je voyais mon corps difforme avec 2 gants de toilettes desséchés. Voilà l’image que j’avais du mon corps de jeune maman de 26 ans.  J’ai entamé un régime et j’ai entrepris des démarches pour faire l’opération après mon régime. À 27 ans ça y est je me suis fait opérée dans une clinique sur Marseille. Et j’ai eu mal mais tellement mal. Je sentais la moindre secousse de mon corps remonter dans mes nouveaux tétés bandés. Malgré la douleur j’étais heureuse de l’image que me renvoyait ce nouveau corps. Je suis rapidement rentrée chez moi et les douleurs ont continué pendant 1 mois. J’avais tellement mal qu’il arrivait que je regrette d’avoir fait ça. Maintenant que j’ai le recul nécessaire je vais te livrer mes points positifs et négatifs.

Négatifs :

  • C’est coûteux, je ne sais pas si aujourd’hui j’aurais mis autant d’argent pour ça. Car mon rapport à l’argent à beaucoup changé. Je te raconterais ça prochainement.
  •  Opération à refaire tous les 10 ans, et donc revivre cette douleur à chaque fois en plus du coût financier.
  • Cohabiter avec un corps étranger : et oui cette poche en silicone dans mes tétés ce n’est pas un bout de moi. Et il m’arrive de le sentir surtout quand je suis allongée sur le ventre. Cette sensation n’est pas toujours agréable.
  • Le regret de n’être pas arrivée à accepter mon corps sans cet artifice. Je ne me sentais pas capable de m’aimer sans ça. J’ai longtemps eu une estime de moi plutôt basse. Avec le recul, j’aurais aimé faire du développement personnel pour prendre soin de moi plutôt que de passer au bistouri
  • Le regard des hommes. Si au début j’étais grisée de voir que je plaisais à nouveau aux hommes, ça m’a rapidement dérangé. Je suis devenue une femme objet avec régulièrement des remarques bien grasse.

Positifs :

  • Retour à un corps plus jeune. Je me voyais à nouveau jeune fille de 26 ans.
  • Harmonie : j’ai retrouvé une harmonie entre mes fesses généreuses et mes tétés.
  • Meilleure image de moi-même, j’ai commencé à aimer un peu plus mon corps.
  • Avoir des tétés fermes et bien en place. C’était agréable de ne plus porter de soutif l’été. Mais pour le reste de l’année j’en portais toujours.

Fin 2016, je découvre la chaîne YouTube de Laeticia (Le corps la maison et l’esprit) et elle explique qu’elle ne porte plus de soutif et qu’elle se sent libérée. J’ai plus de poitrine qu’elle mais je me dis que ça a l’air cool et que je veux essayer.

Je me rappelle qu’au début j’avais peur que ça se remarque surtout au boulot. Finalement personne ne l’avait remarqué ou alors j’en ai jamais rien su. Après quelques jours, j’ai voulu retenter de reporter un soutif…. et là… mais quelle horreur. Je me sentais oppressée comme si ça m’empêchait de bien respirer mais en plus ça empiétait sur ma liberté de mouvement. J’ai donc très vite adopté le mode de vie sans soutif.  C’est simple, je n’y vois presque que du positif à arrêter le port du soutien-gorge. Le seul bémol c’est pour les petits haut d’été transparent. Du coup je mets une jolie petite brassière en dessous et c’est largement suffisant.

Pour les points positifs les voici :

  • Économie, car oui je n’achète plus de lingerie.
  • Liberté de mouvement car plus rien ne me gêne au niveau du buste.
  • Plus de bretelles qui dépasse des vêtements.
  • Travail des muscles des tétés. Il paraît que le port du soutif empêche aux muscles de travailler et que du coup c’est pour ça que la poitrine se mets à tomber. En ce qui me concerne pour l’instant tout tient bien en place.

Un dernier point que je n’ai pas mis dans les inconvénients car pour moi maintenant je m’en fou lol, c’est les tétés qui pointent. Alors oui mes tétés pointent, et oui ça se voit puisque je n’ai pas de soutif. Mais je m’en fou et je trouve tellement plus jolie des tétés qui pointent. Imagine si ce n’était pas le cas… je serais déçue. Et il faut arrêter de prendre ça comme un signe d’excitation. Je pointe quand j’ai froid mais aussi sans raison apparente Mais je m’en fou, je continue ma vie tranquillement.

Voilà en ce qui concerne mes tétés, je ne reporterais un soutif pour rien au monde. Ça fait partie des choix que j’ai fait et je ne regrette pas d’avoir pris. J’espère que ça t’a aidé dans ta propre réflexion au corps. Je t’embrasse fort et je te dis à bientôt.

LaJu

 

4 réflexions sur “Mes tétés : silicone et sans soutif

  1. Pour ma part, je ne porte pas de soutien-gorge le plus souvent possible notamment chez moi ou en vacances. C’est tellement plus agréable ! Par contre, je reconnais que pour l’instant je n’ose pas ne pas en porter dans mon boulot actuel ou dans ma vie extérieure quotidienne de manière générale.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s